chani: (Default)

For those who have troubles understanding French here are the lyrics (in French, but it might be easier to read than to hear):

Rimes Féminines )

chani: (Default)
Quand je lis certaines réactions en ligne, je suis ébahie de voir à quel point les media et l'émotion gouvernent les esprits aujourd'hui. J'ai alors envie de me faire anthropologue pour un moment.

L'affaire DSK c'est une sorte de nouvelle affaire Dreyfus – ce qui sous ma plume n'implique évidemment aucune connotations d'ordre antisémite, le fait que Stauss-Kahn soit juif lui aussi n'étant en l'espèce qu'une coïncidence – non pas nécessairement une histoire d'erreur judiciaire (aucun jugement n'a encore été rendu et DSK est peut-être coupable après tout), mais une affaire où on prend à cœur, ou on s' énerve ou on s'offusque, où deux camps se dessinent et semblent prêts à s'empoigner.

Beaucoup (et ils sont en général Américains, mais pas seulement) sont déjà convaincus d'avance, et s'expriment avec la certitude du juste, sans tenir compte de la présomption d'innocence, persuadés qu'une tentative de viol a eu lieu, comme en d'autre temps d'aucuns furent certains qu'un traître livrant des secrets à l'ennemi allemand avait été démasqué. Pourquoi? Pas pour les mêmes raisons particulières, bien sûr, mais je crois que tout un contexte et "bagage" préexistant expliquent ce manque de recul et cette conviction immédiate. Peut-être est-il coupable de tentative de viol, en effet, mais là n'est pas la question, ni mon sujet ici.

En 1894, pour beaucoup de Français la culpabilité du capitaine Alfred Dreyfus ne pouvait faire de doute car tout était contre lui: il incarnait une forme de réussite que jalousaient les uns et enviaient les autres (c'est sans doute aussi le cas de DSK); il était juif et donc dans l' atmosphère hautement antisémite de l'époque en France c'était un traitre en puissance, un être dénué de toute morale (transposons ici et on retrouve la méfiance que certains éprouvent à l'égard des "élites" et en particulier cette classe politique à laquelle on prête toutes les turpitudes); les faits reprochés étaient les plus graves qu'on puisse imaginer alors: livrer des secrets à l'ennemi, et en même temps les plus susceptibles d'interpeler l'opinion (dans l' Amérique d'aujourd'hui, hormis le terrorisme, les affaires de moeurs sont sans doute les sujets les plus sensibles, et les scandales sexuels font recette); Dreyfus l' Alsacien était originaire des "Provinces Perdues" et donc de cette marge frontalière avec l' Allemagne ennemie ce qui impliquait une forme de proximité avec le mal ou en tout cas de terrain propice au franchissement des lignes-frontière, au passage à l'acte (si on transpose encore, il y a le passé de DSK, les rumeurs de sexualité débridée, d'orgies, et surtout celles concernant une attitude pressante envers les femmes qui relèverait peut-être du harcèlement, bref il a pu déraper plus gravement et libérer le prédateur sexuel qui sommeillait en lui cette fois-ci et peut-être même en d'autres occasions!); Dreyfus avait été proclamé coupable par les plus hautes autorités militaires à l'issue d'un conseil de guerre mais avant cela la presse avait révélé qu'un traitre venait d'être arrêté. Ici DSK est désigné coupable par une procédure de type accusatoire qui considère que c'est ensuite au défendeur de prouver son innocence, et par des images fortes montrant au monde entier des membres de l'autorité policière et judiciaire le traitant comme un danger public. Le District Attorney (enfin l'un de ses assistants) a même fait allusion à une autre affaire similaire! En France, le cas de Tristane Banon que tout le monde avait oublié a resurgi. Le principe de la récurrence (supposée) faisant office de preuve en soi! Coupable ici, coupable là.

Pour couronner l'analogie, qui sans doute choquera certains, n'oublions pas que c'est une femme de ménage qui, fouillant les poubelles de l'ambassade d' Allemagne sur ordre des services d'espionnage français, trouva le fameux bordereau qui allait mener Dreyfus devant le conseil de guerre !

On me dira que Dreyfus était un inconnu, alors que DSK est un homme très connu, qu'il était certes un officier, mais certainement pas un membre de l'état major alors que DSK est le président du FMI et a été présenté depuis des mois comme le présidentiable qui allait faire tomber Sarkozy. C'est en effet l'image qu'il a en France. Mais aux Etats-Unis? Pour l'opinion publique américaine, dans sa majorité, DSK n' était pas plus connu que Dreyfus en son temps ne l'était. Il incarne tout ce que j'ai dit plus haut, mais je doute que l' Américain moyen le voit comme " l'homme le plus puissant du monde" (expression utilisée par certains ici, parce qu'à la tête du FMI), et il n'est désormais connu que pour les allégations de la plaignante, une suite de soit-disant 3000 euros (en réalité elle lui a coûté un peu plus de 500) et ces témoignages décrivant ou montrant un vieil homme patibulaire et arrogant qui aurait réclamé un traitement de faveur.

D'ailleurs, en parlant d'images comment ne pas rapprocher les images terribles et humiliantes de la comparution devant le juge, livrées en pâture au monde entier, que certains ont qualifiées de "mise à mort médiatique", de la fameuse dégradation de Dreyfus, qui aurait tant impressionné Théodore Herzl à l'époque? Symboliquement, DSK a eu ses insignes arrachés, et son épée brisée.*

A ce sujet, Christian Salmon, qui a publié il y a quelques années l'éclairant Storytelling, La Machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits livre une intéressante analyse sur les images concernant DSK.

Cette analyse permet de comprendre l'autre camp, celui des DSKards, qui comme les tous premiers Dreyfusards (et ils n'étaient pas nombreux)sont indignés et blessés par les paroles de leurs adversaires. Il y a les proches (famille et amis) comme toujours, mais aussi ce que j' appellerai "la famille élargie", ceux qui se sentent concernés et visés indirectement: les gens du PS, les média français qui avaient fait de DSK, à grand renfort de sondage, leurs favoris, leur champion; les collègues du FMI et toute une nébuleuse financière pour qui DSK était "le patron"; une certaine caste politique qui craint d' être livrée 'aux chiens" et s'insurge contre le traitement réservé à l'un des leurs, mais aussi des citoyens abasourdis qui n'en reviennent pas d'assister à une telle chute en direct sur les écrans et qui se disent que comme dans toute télé-réalité, un scénario a du être élaboré et que la vérité est ailleurs.

J'en terminerai ici avec une dernière réflexion sur la théorie du complot ou plutôt du piège, qui a ses adeptes en France (y compris parmi des gens sensés, comme certains de mes propres collègues!) et au FMI,  dont les Anglo-saxons se gaussent en ce moment et qu'ils présentent comme une sorte d'aveuglement, de déni, d'indulgence fautive envers les écarts sexuels d'un ressortissant, de sympathie déplacée pour les affres d'un satyre, voire de provocation vis-à-vis de la justice américaine (le cas Polanski planant comme une grande ombre sur toute cette histoire).

Justement d'autres affaires, dont l'affaire Dreyfus et plus récemment l'affaire d' Outreau ou encore les allégations contre Dominique Baudis en 2003 , sont passées par là, et expliquent peut-être qu'on se méfie beaucoup des accusations et des culpabilités servies sur un plateau.

* Je pense aussi à Claude Gauvard, dont je fus l'élève, et qui n' a eu de cesse d'insister sur la prégnance de l'honneur dans la société médiévale, et je constate que quelque chose d'assez similaire est en jeu ici aussi. Nous sommes toujours sensibles à cette fama qui peut faire et défaire les culpabilités.

chani: (medieval demons)
I often lament about the lack of great French writers or great French films these days. Compared to the beginning of the XXth century French literature has been poor for the past decades, and French movies keep disappointing me.

But I've read the interesting and original Mémoire de La Jungle by Tristan Garcia and I'm reading Michel Houellebecq's La Carte et le Territoire, which is really really good. Besides I saw yesterday Xavier Beauvois's Des hommes et des Dieux so there's hope still.

No matter what is said about Houellebecq, he is a good writer and  true author –– not the likes of Marc Lévy or Anna Gavalda or Amélie Nothomb who sell so many books every year–– and his last book belongs to Literature with a capital L.

As for Des Hommes et des Dieux (Of Gods and Men), it's the best French film I have seen for a very long time. It won Le Grand Prix in Cannes and many critics consider it should have received la Palme d'or instead of Uncle Boonmee (I haven't seen Uncle Boonmee yet so I can't tell). Xavier Beauvois whose Le Petit Lieutenant I enjoyed very much years ago, really turned out to be an amazing film maker.

Go, run if needed, and see this movie! If you are a movie buff you will be thrilled, if you're a believer you will feel warm, and if you're just a human being you will be deeply touched.

By the way, it's funny to think that a movie like this does much more for the Catholic Church and its Christian values, even though it isn't Xavier Beauvois's intent at all, than The Pope's behaviour or speeches.

Des hommes et des dieux tells the story of the Trappist monks from Tibihirine (a monastery in the Atlas) who died in 1996, during those horrible years in Algeria when the F.I.S party, that had been declared outlaw after it had too much success in elections, tried to conquer power using terrorism while the government (ruled since 1962 by one party, the FLN) fought back using similar means. It was a decade of violence and sheer terror for everybody living in Algeria and a lot of blood has been shed. Seven monks (out of the 9 who lived in the monastery then)were among the thousands victims because they decided to stay over there. Finally they were seized by G.I.A (the F.I.S's army) and their heads were found later...

For a long time their death has been a mystery, even though the official version was that the Islamist terrorists killed them. However last year a former French officer from the secret services finally told a judge what he knew from a fellow Algerian officer but had covered until then for the sake of the French-Algerian relationship: it's likely that it's actually "an error" (I don't know the English word for "bavure") from the Algerian army that killed the monks.

That said, the film isn't about the mystery or about who killed the monks. It's about their last days, about the everyday life that was theirs, about brotherhood, harmony and solidarity; about the fraternity within that religious community but also between the monks and their Algerian neighbours who lived in the village nearby and often shared stuff with the brothers and whom the Trappists helped but never tried to convert; about the harmony between men from different cultures (an example of peaceful coexistence between religions) and also between men and nature.

Of course the violence surrounding Tibihirine is there and the film doesn't shy away from the consequences of terrorism or the threat of having the military around, but it isn't a study on terrorism or a documentary on the civil war in Algeria.

It's first and foremost about those men, and at some point, despite the liturgy, the religious singing and the habit, you forget that they are monks, you just see how human they are. They don't live or dies as heroes but as men. And they are simply touching.

You can see the trailer on youtube.

The film is beautifully shot and moving but never falls into melodrama; it isn't austere but it isn't a hollywood movie either!

Beauvois films the everyday life of the monks like he filmed the everyday life of a police station in Le Petit Lieutenant. His movie has the realism of a documentary but also the lyricism of an opera. There are the beautiful landscapes of the Atlas, the camera indulging in a contemplative side that suits the Cistercian order; there's the quiet of working the land and another kind of quiet that comes from the hymns they sing; there are also moments of smile and moments of tears.
The cast is brilliant; Michael Lonsdale is a wonderful brother Luc, Lambert Wilson isn't bad as Christian (he's even quite good when he stops watching himself act)  and I was impressed by Olivier Rabourdin as brother Christophe (on the picture below). The most beautiful scene in the film, as the monks are having a Last Supper together while listening to The Swan Lake and drinking burgondy wine, is rather daring and could have been terrible but was poignant and powerful. I couldn't help crying then.

Those monks won't be forgotten.



The rest is in French )
chani: (Default)
La cérémonie des Césars a largement couronné Un prophète de Jacques Audiard, film beau et fort qui le méritait largement: 9 Césars dont meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario...deux Césars pour le jeune acteur Tahar Rahim (meilleure révélation et meilleur acteur!), et un César du second rôle tout à fait légitime pour Niels Arestrup, imposant et effrayant en parrain corse justement prénomé César. Le FLNC n'a pas fait d'attentat...il faut dire que sur scène du Châtelet, il y avait La Casta (robe transparente et ventre en avant! Laetitia serait-elle bientôt à nouveau maman?).

Harrison Ford a subi la soirée, ne comprenant pas toujours tout, avant d'être enfin couronné; un peu gêné, ou feignant assez bien la gêne––mais le rôle de l'acteur est de faire semblant–– il reçut son César d'honneur (on regrettera l'absence d'extraits de Blade Runner dans la rétrospective de sa carrière)avec une certaine simplicité.

Pas sûre que Gran Torino mérite son César du meilleur film étranger...Le Ruban Blanc est quand même d' une autre qualité! Mais la France a toujours eu les yeux de Chimène pour Clint, et Cannes avait déjà donné sa palme d'or au Ruban; et puis Kyle Eastwood parle, ma foi, assez bien Français!

Enfin une Isabelle Adjani qui ne cesse pas de gonfler a reçu, des mains d'un Gérad Depardieu de plus en plus gros, le cinquième César de sa carrière, en qualité de meilleure actrice, pour La Journée de La Jupe, film mineur (dans lequel joue une de mes élèves de l'année dernière quand même! ) mais qui a fait couler beaucoup d'encre et que l'actualité récente dans plusieurs établissements scolaires rend encore plus pertinent; elle a fait preuve d'une émotion réelle, il faut dire que ce film représentait beaucoup pour elle. Elle semble être arrivée à un moment de sa vie où l'engagement citoyen et la question de ses racines algériennes sont essentiels.

Entre Un Prophète et Adjani, c'est la France issue de l' Afrique du nord qui est fêtée au cinéma, et l'identité nationale selon Monsieur Besson qui est raillée.

chani: (sunset in Tanzania)


Le chocolat se déguste comme du bon vin, on y met le prix, on le garde en bouche et on le laisse libérer sa chaleur, ses arômes et ses saveurs. Le chocolat séduit par son éclat, s'offre à la dent comme à la langue, s'adoucit, se transforme, se répand. Il épouse les parois qui l'accueillent et fournit une ultime caresse orale en fondant sous le palais. Corsé ou élégant, il déborde de sensualité et peut même vous tourner la tête!

Chaque année, à cette date, les plus grands chocolatiers parisiens rivalisent de créativité pour rendre hommage à la déesse Cacao.
La maison Hévin joue l'audace, habille son poisson d'un noeud pap', et s'inspire des célèbre statues de l'île de...Pâques!



Hermet lui façonne des masques rappelant les arts premiers:

Pendant ce temps La Maison du Chocolat se la joue champêtre...


Pour ma part, n'ayant pas les moyens d'acheter ma drogue noire chez ces nobles artisans qui sont aussi des artistes, je me fournis près de chez moi à la Confiserie du Maine . C'est déjà bien cher, mais c'est si bon...

J- 2

Apr. 20th, 2007 02:36 pm
chani: (break)

I will post about Nihous, Royal and Sarkozy later, but I want to add something about our previous flyers.

As

[personal profile] sister_luck pointed out it was very populist, showing Le Pen as an action man (despite his age!) with a carnassial smile. In his handwritten motto, Le Pen wrote "Vive la Vie, Vive la République Vive la France" in that order. I checked out and he's the only one who used the word "la vie". I think it's interesting. What does that mean?

I believe it's a wink to the traditionalist (pro-life) Catholics who, according to the polls, would tend to vote for Sarkozy. Le Pen had to use a card that other candidates from the right didn't dare to use. He can no longer rely only on his infamous "La France aux Français" and the nationalist speech about immigration because De Villiers AND Sarkozy took up that field too (Sarkozy even stole his motto "La France tu l'aimes ou tu la quittes!"). 

So "La Vie" appears on the poster just as sacred as "La République" or "La France" (the use of la République is to reassure people of course). It's a simple message, 3 truths, 3 unchanging values. Le Pen is assuming a pro-life profile by using the word on his poster. A year ago his daughter said that abortion was a horror but seemed to have given up the idea of repealing the Loi Veil. Le Pen backed her up. Now he says that if he's President he will hold a referendum on abrogating abortion.

Of course the same candidate is also asking for the return of death penalty in France while the law that bannished it in 1981 is now part of our Constitution ! "Vive la Vie" has obviously its limits...

So I can't help posting extracts from the famous speech of a Republican who asked for the repeal of death penalty in May 1791...

 

J- 5

Apr. 17th, 2007 08:00 pm
chani: (sunset)

Cher Philippe de Villiers,

Si vous entendez vous placer au-dessus de la mêlée et donner des leçons de morale politique à vos concurrents mieux vaudrait éviter, lorsque vous êtes vous-même à la tribune, de vous laisser aller à ces saillies grotesques qui amusent certes la plèbe mais vous ridiculisent. Car enfin dire de Ségolène Royal qu'elle a l'allure de Jeanne d'Arc et le cerveau de Bécassine n'est ni à votre honneur ni à celui d'une France que vous prétendez vouloir servir.

Une citoyenne qui ne votera pas pour vous.

Profile

chani: (Default)
chani

July 2013

S M T W T F S
 123456
78910111213
1415161718 1920
21222324252627
28293031   

Syndicate

RSS Atom

Most Popular Tags

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated Sep. 22nd, 2017 08:30 pm
Powered by Dreamwidth Studios